Bilan critique de la recherche actuelle sur Jacques et Suzanne Necker (1985-2017)

Catherine Dubeau

p. 205-235

Citer cet article

Référence papier

Catherine Dubeau, « Bilan critique de la recherche actuelle sur Jacques et Suzanne Necker (1985-2017) », Cahiers Staëliens, 67 | 2017, 205-235.

Référence électronique

Catherine Dubeau, « Bilan critique de la recherche actuelle sur Jacques et Suzanne Necker (1985-2017) », Cahiers Staëliens [En ligne], 67 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : https://cahiersstaeliens.edinum.org/172

À l’issue de la huitième journée de Coppet (8 septembre 1984), consacrée aux parents de Germaine de Staël, les communications présentées à cette occasion ont été réunies au sein d’un numéro spécial des Cahiers staëliens (n° 36, 1985, « Jacques et Suzanne Necker réinterprétés »). Signe d’un renouvellement dans l’étude de figures « trop souvent méconnues et décriées1 », comme le notait alors le regretté comte d’Haussonville, cette publication nous invite à saisir l’année 1985 comme point de départ du présent état de la recherche2. L’ancrage temporel est d’autant plus approprié que les années 1970 ont été marquées par une réhabilitation en force de la figure neckerienne, et ce, à la faveur de travaux rapidement passés au rang de classiques, tels Les Idées de Necker (1974) d’Henri Grange3, Necker, ministre de Louis XVI, 1776-1790 (1975) de Jean Égret4, Necker ou la faillite de la vertu (1978) de Ghislain de Diesbach5, ou encore, dans le domaine anglo-saxon, Necker, Reform Statesman of the Ancien Régime (1979) de Robert D. Harris6. Necker retient alors l’intérêt de chercheurs animés par une commune volonté de dépasser cette « légende noire », dont Gérard Gengembre et Léonard Burnand ont tous deux montré la pérennité, le premier dans sa fine lecture de l’article « Jacques Necker » du Dictionnaire universel de Pierre Larousse, le second dans son excellent compte rendu de l’historiographie consacrée au ministre de Louis XVI, de la Révolution à 20047. Semblable réhabilitation s’accomplirait, quoique dans des proportions plus réduites, pour Suzanne Necker au cours des années 1980 : les travaux de Valérie Hannin, Paola Vecchi et Geneviève Soumoy-Thibert constituent à ce titre, nous le verrons, des jalons importants, et ce regain d’intérêt n’est certes pas étranger à la réimpression en 1970 du Salon de Madame Necker (1882) du comte d’Haussonville8, de même qu’à la parution la même année de La Jeunesse de Madame de Staël (de 1766 à 1786) de Béatrix d’Andlau9, qui fait une place importante au père comme à la mère. Depuis une trentaine d’années, l’intérêt pour Jacques et Suzanne Necker ne s’est pas démenti, comme en témoignent d’ailleurs les numéros ultérieurs des Cahiers staëliens qui leur ont été respectivement dédiés. En 2004 d’abord, à l’occasion du bicentenaire de la mort de Necker, paraissait sous la direction d’Othenin d’Haussonville un collectif (n° 55, « Jacques Necker ») accompagné d’un choix d’extraits tirés de l’œuvre du banquier et ministre. Deux ans plus tard, Catriona Seth proposait un dossier (n° 57, « Autour de Madame Necker10 ») dont elle préfaçait les échanges sous le titre « Madame Necker, une vie au service des autres ». C’est avec enthousiasme que nous rendons ici compte de cette nouvelle fortune critique. Dans les pages qui suivent, nous tentons de mettre en lumière les tendances les plus marquantes parmi les chercheurs d’horizons variés (histoire, philosophie, littérature, économie, sciences politiques, etc.), de même que les pistes de recherche les plus prometteuses pour l’avenir. Si quelques articles s’intéressent au couple Necker11, la plus grande part se consacre à l’une ou l’autre figure, et pour cette raison nous procédons en deux temps. Les études portant spécifiquement sur Jacques ou Suzanne Necker ont retenu notre attention en priorité, cependant nous avons inclus un certain nombre de contributions de portée plus générale. Cette revue, qui vise l’exhaustivité sans avoir la prétention d’y parvenir, est accompagnée d’une bibliographie en quatre parties à laquelle nous renvoyons les lecteurs désireux d’obtenir les références complètes12.

Jacques Necker : de la scène publique à la vie privée

La nature des propos échangés lors de la huitième journée de Coppet n’aurait pas été la même sans l’apport préalable des travaux d’Henri Grange, lui-même présent parmi les conférenciers. En effet, lors de sa parution en 1974, Les Idées de Necker offrait la somme la plus complète sur la pensée tant sociale, qu’économique, politique et religieuse de cet homme des Lumières. Les communications réunies dans ce numéro spécial des Cahiers staëliens s’inscrivent explicitement à la suite de l’essai pionnier. Frank P. Bowman s’intéresse aux œuvres religieuses afin d’y examiner un Necker polémiste et apologiste13. Henri Grange retrace les termes d’un libéralisme qui réfute la thèse de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif telle qu’on la trouve chez Montesquieu14. Enfin, Étienne Hofmann poursuit le dialogue en analysant tant les accords que les profondes divergences entre les pensées libérales de Necker et Constant, récusant dès lors la posture d’élève auquel on serait tenté de réduire ce dernier15. Ce trio d’études laisse entrevoir trois tendances propres à la critique neckerienne des trente dernières années : un retour aux écrits de Necker — on le lit enfin !  — ainsi qu’une diversification des champs de recherche au côté d’un intérêt toujours marqué pour le versant politique de l’œuvre comme de l’homme. En effet, qu’il s’agisse d’enrichir nos connaissances sur les prémices de la carrière publique, sur les trois ministères, sur les activités pendant la période révolutionnaire — en France ou lors de la retraite en Suisse — ou encore à l’époque consulaire, les contributions abondent16. Fabrice Brandli et Jean-Daniel Candaux nous renseignent sur la première époque, beaucoup moins étudiée, en brossant un portrait de Necker dans ses fonctions diplomatiques de même que dans son poste de ministre de la République de Genève à Paris17. Antoine Lilti a de son côté démontré l’importance cruciale du salon tenu par Suzanne Necker dans l’ascension sociale et politique de son époux18. Jean-Claude Bonnet étudie Necker sous l’angle du culte réservé aux grands hommes19. Par ailleurs, l’opinion publique20 et la question du libéralisme21 ont fait l’objet d’études substantielles, notamment à l’occasion des actes du colloque Coppet, creuset de l’esprit libéral. Les idées politiques et constitutionnelles du groupe de Madame de Staël (2000), édités par les soins de Lucien Jaume. Le bicentenaire de la Révolution française aura bien entendu été propice à la recrudescence des publications sur le ministre genevois : l’article que lui consacre Marcel Gauchet dans le Dictionnaire critique de la Révolution française (1988) est à ce titre emblématique d’un mouvement qui revisite l’héritage neckerien afin de le mettre en valeur. Léonard Burnand a bien montré, cependant, que pour plusieurs d’entre elles, les publications issues de cet anniversaire ont maintenu l’ambivalence en reconduisant les préjugés défavorables à l’endroit de l’homme d’État22. Toujours à l’occasion du bicentenaire, la fortune de Necker passe les frontières et Wolfgang Oppenheimer publie son Necker, Finanzminister am Vorabend der Französischen Revolution (1989). Avec le décès de Robert D. Harris en 2007, les études anglo-saxonnes perdaient leur plus grand spécialiste de l’ancien ministre. On doit à Harris une entrée dans le Historical Dictionary of the French Revolution, 1789-1799 (1985). L’année suivante paraissait Necker and the Revolution of 1789 (1986), second tome de sa trilogie amorcée en 1979, et dont le troisième tome n’a malheureusement pas vu le jour23. Soulignons également les travaux de Keith Baker24, qui a fait beaucoup pour la réhabilitation de Necker, de même qu’Aurelian Craiutu dans son étude sur la modération en politique : A Virtue for Courageous Minds. Moderation in French Political Thought, 1748-1830 (2012)25. Enfin, l’influence de Necker à l’étranger a retenu l’attention de chercheurs tels qu’Avriel Goldberger, Donald F. Swanson et Andrew P. Trout pour les États-Unis26, Alexandra Hyard pour l’Écosse27 et Jesús Astigarraga pour l’Espagne28. Dans le prolongement des études de nature politique, tout un volet de la critique s’intéresse plus spécifiquement à Necker comme financier et économiste29. En ce qui a trait à la fortune personnelle du baron de Coppet, Othenin d’Haussonville proposait en 2004 un article très informé sur la longue histoire de la liquidation du dépôt fait au Trésor royal en 1778.

Si Henri Grange, disparu en 2010, demeure une référence incontournable (Lucien Jaume parle à juste titre de son « irremplaçable ouvrage sur Necker30 »), de jeunes chercheurs se sont démarqués depuis les années 2000, au premier chef l’historien Léonard Burnand, dont les contributions majeures ont insufflé au domaine sa vitalité actuelle : outre de nombreux articles, L. Burnand a publié la réédition du Compte rendu au roi, 1781 (2005) de même que deux importantes monographies : Necker et l’opinion publique (2004) et Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au XVIIIe siècle (2009).

Reconnu comme un acteur essentiel dans la France de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Necker s’est révélé un père spirituel pour le groupe de Coppet rassemblé autour de Germaine de Staël à partir de la Révolution. Étienne Hofmann et François Rosset redonnent sa place au patriarche dans leur bel essai Le Groupe de Coppet. Une constellation d’intellectuels européens (2005)31. Necker a par ailleurs durablement marqué l’imaginaire collectif et est devenu, pour le meilleur et pour le pire, un objet de représentation privilégié. Il nourrit abondamment la production pamphlétaire et iconographique de la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme le montrent les travaux précédemment cités de Léonard Burnand, de même que ceux de Michel Vovelle et Vincent Lieber32. Avriel Goldberger a même retrouvé un buste à son effigie dans la maison de Washington à Mount Vernon, aux États-Unis33. Il apparaît également comme personnage dans le théâtre révolutionnaire (Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval34), voire contemporain : en effet, c’est toute la famille Necker, ainsi que Juliette Récamier, qui sont mis en scène sous la forme de « fantômes » se manifestant la nuit du 14 juillet 1989, dans la pièce Staël ou la communauté des esprits (1992) d’Yves Laplace. Enfin, Françoise Chandernagor fait référence à Necker sous la forme d’un financier sans scrupules dans son roman L’Enfant des Lumières (1995), adapté pour la télévision en 2002 par Daniel Vigne. Plus récemment, Philippe Dessertine imaginait, non sans humour, une rencontre inusitée dans Le Fantôme de l’Élysée. Visite impromptue du baron Necker à François Hollande (2015)35.

Si la carrière publique de Necker a jusqu’ici retenu l’attention d’une majorité de critiques, le versant privé de son parcours n’est pas en reste. En 1987, William R. Everdell réservait une place au célèbre protestant dans son essai Christian Apologetics in France 1730-1790. The Roots of Romantic Religion, puis Jean-François Bergier lui consacrait une entrée dans l’Encyclopédie du protestantisme (1995) publiée sous la direction de Pierre Gisel. Une vingtaine d’années après l’article de Frank P. Bowman sur les positions morales et religieuses de Necker, André Encrevé s’intéressait à la réception de l’essai De l’Importance des opinions et du Cours de morale religieuse à partir de la correspondance personnelle de l’auteur36.

La question familiale a, pour des raisons évidentes, fait couler beaucoup d’encre. Jean-Denis Bredin constitue une référence primordiale pour l’étude de ce trio exceptionnel (Une singulière famille : Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Staël, 1999)37. Pour qui s’intéresse à l’impact de cette figure paternelle sur sa fille, « Madame de Staël et la statue intérieure » (1994) de Simone Balayé s’avère une lecture essentielle38. Du reste, nombreuses sont les études qui s’intéressent à la représentation du père au sein de l’écriture staëlienne39. S’il ne s’agit pas pour nous d’en faire l’énumération complète — projet relevant davantage de la bibliographie staëlienne que du présent état de la critique —, nous tenons à souligner les contributions de Jacques Domenech40, François Rosset41 et, plus récemment, de Laura Broccardo42, sans oublier bien sûr l’ouvrage de Claire Gary-Boussel, traversé par le souvenir du père (Statut et fonction du personnage masculin chez Madame de Staël, 2002)43.

En dépit du dynamisme animant les recherches neckeriennes dans les dernières décennies, force est de constater qu’il reste beaucoup à accomplir, et d’abord du côté des écrits intimes et fictionnels. En effet, parmi les Œuvres complètes de Necker, plusieurs textes semblent avoir été oubliés de la critique — en particulier les Pensées détachées et la nouvelle Suites funestes d’une seule faute (tome XV), dont Germaine de Staël avait produit une première édition dans les Manuscrits de M. Necker (1804). De même, l’essai De la morale naturelle, suivi Du bonheur des sots (1788) ont été à notre connaissance ignorés de la critique jusqu’à leur mention récente par Stéphanie Genand dans une monographie qui fera date en renouvelant sensiblement la lecture du parcours staëlien et en offrant un portrait passionnant de Necker comme romancier et théoricien de la fiction (La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, 201744). Également, les inédits (écrits intimes, pièces de théâtre) n’ont jusqu’ici fait l’objet que de rares études45, et d’aucune édition intégrale. Si Necker se félicitait de n’avoir pas cédé à l’attrait de la scène — sans quoi sa carrière politique en aurait été durablement compromise —  n’est-il pas temps de rendre justice à cette part inexplorée du corpus ? Nous tentons dans le présent numéro des Cahiers staëliens de lancer le mouvement en proposant l’édition critique de deux courts textes rédigés à la suite du décès de Madame Necker. La correspondance de Necker, de son côté, largement inédite46, constitue à elle seule un chantier prioritaire, et cela d’autant plus que vient de se conclure l’édition de la volumineuse Correspondance générale de Germaine de Staël47. En somme, sur Necker homme de lettres, tout n’a pas été dit, loin de là. Un constat similaire s’impose, nous le verrons, en ce qui concerne Suzanne Necker.

Suzanne Necker : du salon au cabinet d’écriture

Peut-on encore soutenir l’idée que Madame Necker, « épouse d’un homme célèbre, amie d’hommes célèbres, mère d’un écrivain célèbre », ne mériterait le plus souvent qu’un intérêt « dérivé48 » ? Certes pas. La multiplication des recherches au sujet de cette jeune orpheline vaudoise devenue partie intégrante des Lumières parisiennes le prouve aisément. Si la biographie marquée par l’ascension fulgurante et la création d’un salon passé à l’histoire a fixé l’attention des premiers chercheurs (d’Haussonville, Corbaz49), les perspectives se sont depuis singulièrement diversifiées, sans jamais cesser toutefois de revenir à ces travaux fondateurs, riches d’extraits tirés de diverses archives. L’inscription de Madame Necker au sein de l’histoire littéraire par le biais d’une œuvre scindée entre écrits d’utilité publique (Hospice de charité, 1780 ; Des Inhumations précipitées, 1790 ; Réflexions sur le divorce, posthume, 1794) et écrits personnels destinés à son seul usage (dont on trouve un florilège dans ses Mélanges et Nouveaux mélanges, posthume, 1798-1801), sans oublier ses essais de traduction50, constitue un axe essentiel de la recherche contemporaine.

Au sein du numéro spécial des Cahiers staëliens paru en 1985, la contribution de Valérie Hannin — la seule consacrée à Suzanne Necker parmi les quatre articles —  revêt une valeur particulière. L’auteure enrichit grandement notre compréhension de la personnalité contrastée de Madame Necker —tempérament inquiet, sensible et passionné sous les apparences de froideur — par le recours aux témoignages de ses contemporains, par une lecture attentive d’extraits de sa correspondance et de ses œuvres publiées. Cette étude s’accompagne encore d’un appendice composé de « Huit lettres de Suzanne Necker à Horace-Bénédict de Saussure », contribuant ainsi à l’édition d’une vaste correspondance dont seuls des extraits ont été révélés au public51. En 1985 toujours paraissait un article de Georges Benrekassa analysant le commerce entre Diderot et d’« honnêtes femmes », en particulier Madame Necker — dont on sait l’énergie déployée à faire du philosophe un habitué de son salon —, puis un article de Paola Vecchi sur le mémoire Des Inhumations précipitées (1790). Cette dernière contribution devait éveiller l’intérêt des lecteurs non seulement pour la place de Suzanne Necker dans la pensée médicale de son temps, mais aussi pour l’inquiétude morbide qu’elle entretenait à l’endroit de la mort, la sienne en particulier. Rappelons que Madame Necker a mis beaucoup de soins dans la rédaction d’instructions relatives à la confection de son tombeau et à la conservation de son propre cadavre. Cet aspect fascinant de sa vie retiendra ultérieurement l’attention d’Antoine de Baecque52 et de Sonja Boon53. Quatre ans après les travaux de Valérie Hannin et Paola Vecchi, Geneviève Soumoy-Thibert considérait Madame Necker avant tout comme « écrivain54 » et, après une revue de ses œuvres, proposait la première étude exclusivement centrée sur les Mélanges et Nouveaux mélanges. Dès lors, on voit combien les années 1980 ont compté dans cette redécouverte de Suzanne Necker et d’un héritage tant littéraire que mondain et philanthropique. Peu après, l’historienne Dena Goodman prenait le relais en étudiant la place de Madame Necker dans la république des lettres et en produisant des analyses très fines de sa posture auctoriale au sein des Mélanges et Nouveaux mélanges55. Le salon comme source des « synonymes » staëliens, comme antichambre de la politique neckerienne et comme lieu d’une sociabilité vécue sous le signe de l’épreuve, de la souffrance ou de l’altérité a quant à lui été revisité par Aurelio Principato56, Antoine Lilti57, Sonja Boon58 et dans le cadre de nos propres travaux59. Les œuvres caritatives de Madame Necker, et tout particulièrement la création des hospices de charité avec l’aide de son époux, ont donné lieu à plusieurs études60. À l’instar de son mari, Suzanne Necker a bientôt fait l’objet d’analyses portant sur la dimension privée de son parcours, études centrées tantôt sur la pratique de l’écriture intime, tantôt sur la famille — qu’il s’agisse du couple, de la question du divorce ou du rapport mère-fille, auquel nous avons consacré notre monographie La Lettre et la mère. Roman familial et écriture de la passion chez Suzanne Necker et Germaine de Staël (2013)61. Les années 2000 ont par ailleurs été marquées par une nouvelle génération de chercheurs : spécialiste de Necker, Léonard Burnand ne pouvait ignorer l’impact de la vague pamphlétaire déferlant sur le couple dans les dernières décennies du siècle62. Issue du champ des Women’s studies et Gender Studies, Sonja Boon a énormément contribué à la connaissance de Suzanne Necker dans le domaine anglo-saxon par ses articles et sa monographie très novatrice intitulée The Life of Madame Necker : Sin, Redemption and the Parisian Salon (2011). Enfin, depuis plus de dix ans, nous consacrons nous-même nos recherches à l’ensemble de l’œuvre imprimée et aux manuscrits de Suzanne Necker (voir la bibliographie, section III). Au surplus, nous nous réjouissons que des entrées aient été consacrées à Suzanne Necker dans le Dictionnaire des femmes de l’ancienne France de la SIEFAR63 et dans le Dictionnaire historique de la Suisse64, disponibles en ligne, de même que dans le récent Dictionnaire des femmes des Lumières (2015), sous la direction d’Huguette Krief et de Valérie André65.

On constate avec enthousiasme la différence que les trente dernières années ont faite pour la connaissance générale de Madame Necker. Évolution d’autant plus remarquable si l’on tient compte des préjugés tenaces qui avaient cours à son endroit, et de la constance gênante avec laquelle les chercheurs lui ont accolé l’épithète de « ridicule66 ». Fort heureusement, nous n’en sommes plus là. Parmi les chantiers qui requerront l’attention des chercheurs dans les années à venir, retenons d’abord la riche correspondance dont la portion imprimée a été disséminée au sein des Mélanges et Nouveaux mélanges, dans plusieurs correspondances d’époque (Voltaire, Diderot, Grimm, Galiani, Buffon, etc.), dans les Lettres recueillies en Suisse (1821) de Fédor Golovkin ou encore au sein d’ouvrages et articles de référence67. Pour Madame Necker comme pour son époux, les lettres reposent dans divers fonds d’archives privés et publics68, sans compter celles qui ont possiblement été retenues par les particuliers. Parallèlement aux lettres, Madame Necker a laissé une archive personnelle très vaste, composée de quelques brouillons — elle en aurait jeté au feu la majeure partie69 —, mais surtout de volumes personnels dans lesquels elle faisait recopier des extraits de ses pensées, lettres et essais. Notre projet actuel, financé par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, consiste, d’une part, à produire la transcription de ces manuscrits en vue d’une édition électronique et, d’autre part, à faire l’analyse génétique et l’édition critique des Mélanges et Nouveaux mélanges. L’étude des manuscrits, toujours en cours, nous permettra à terme de retracer l’histoire éditoriale des cinq volumes parus en 1798 et 1801 et de faire connaître la masse de fragments laissés de côté, dont nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’elle contient de fort belles surprises.

Contrairement à Germaine de Staël, d’emblée reconnue comme une femme de lettres et pour cette raison adoptée par les littéraires, Jacques et Suzanne Necker ont surtout fait l’objet d’études de fond de la part des historiens, des philosophes et des spécialistes en économie et sciences politiques. Espérons que les années à venir verront s’accroître le nombre de spécialistes de la littérature d’Ancien Régime désireux de se joindre à cette première cohorte afin d’analyser les œuvres de ces deux écrivains proposant un fascinant contrepoint aux Lumières françaises. Nous pouvons nous réjouir de l’augmentation du lectorat, encore favorisée par les rééditions récentes d’œuvres de l’un et l’autre auteur (voir la bibliographie, section IV), par la numérisation et mise en ligne d’éditions d’époque (Gallica, Google books), enfin par la multiplication des maisons d’édition produisant des réimpressions de fac-similés à moindre coût, que l’on peut commander en ligne70. Au terme de ce bref survol, est-il nécessaire de souligner que l’accès éventuel à l’ensemble des manuscrits serait un avantage inestimable pour les chercheurs d’aujourd’hui et de demain, et contribuerait grandement à nourrir un élan critique dont on souhaite préserver la vigueur ? Saluons ici l’attention et la générosité du comte d’Haussonville qui, avant sa disparition en 2014, a déployé une énergie considérable dans les échanges avec les chercheurs, et joué un rôle plus que primordial dans nombre de travaux des dernières décennies en favorisant la consultation de ces précieuses pages. Qu’il trouve ici l’expression collective de notre reconnaissance, et notre souvenir empreint de respect et d’affection. Nous lui devons beaucoup. En son honneur, maintenons la flamme, et longue vie aux études neckeriennes !

1 Othenin d’Haussonville, « Introduction », 1985, p. 3. Dans le cadre de cet article, nous abrégeons la présentation des références se trouvant en

2 Notre recension s’arrête au mois de juin 2017.

3 Henri Grange, Les Idées de Necker, Paris, Klincksieck, 1974.

4 Jean Egret, Necker, ministre de Louis XVI, 1776-1790, Paris, Champion, 1975.

5 Ghislain de Diesbach, Necker ou la faillite de la vertu, Paris, Perrin, 1978.Véritable succès de librairie, l’ouvrage de Diesbach a été réédité en

6 Robert D. Harris, Necker, Reform Statesman of the Ancien Régime, Berkeley, University of California Press, 1979.

7 Voir Gérard Gengembre, « De l’insuffisance ou Necker à l’épreuve du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle », 2004 ; Léonard Burnand, « Entre

8 Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, Le Salon de Madame Necker, d’après des documents tirés des archives de Coppet, Genève, Slatkine Reprints, 1970

9 Béatrix d’Andlau, La Jeunesse de Madame de Staël (de 1766 à 1786). Avec des documents inédits, Genève, Droz, 1970.

10 Ce numéro des Cahiers staëliens comporte également un dossier « Madame de Staël et les études féminines ».

11 Voir Othenin d’Haussonville, « Introduction », 1985 ; Carlo Cordié, « Jacques e Suzanne Necker », 1990 ; Yves Laplace, Staël ou la communauté des

12 Notre bibliographie se divise comme suit : I. Travaux sur Jacques et Suzanne Necker ; II. Travaux sur Jacques Necker ; III. Travaux sur Suzanne

13 Frank P. Bowman, « Necker et l’apologétique », 1985.

14 Henri Grange, « De l’originalité des idées politiques de Necker », 1985.

15 Étienne Hofmann, « Necker, Constant et la question constitutionnelle (1800-1802) », 1985.

16 Afin de ne pas alourdir la présente recension, nous renvoyons nos lecteurs à la bibliographie pour les contributions dans le domaine politique :

17 Voir Fabrice Brandli, « Bluff et diplomatie : Jacques Necker au service des affaires étrangères du royaume de France », 2003 ; Jean-Daniel Candaux

18 Antoine Lilti, « Necker : le pouvoir est au bout du salon », 2005 ; « Mondanité et politique : le salon Necker », 2006. 

19 Jean-Claude Bonnet, « De Necker à Mirabeau », 1998.

20 Sur la question de l’opinion publique, voir Ozouf (1987, 1988, 1997), Bredin (2000, 2004), Burnand (2004), Jaume (2004), Spitz (2009) et

21 Sur le thème du libéralisme, voir notamment Grange (1988), Takeda (2003) et Fauré (2012).

22 C’est le cas par exemple chez Michel Vovelle, Luc-Normand Tellier, ou encore dans l’Album du Bicentenaire (voir L. Burnand, « Entre légende noire

23 Provisoirement intitulé Necker and the Revolutionary Decade, le manuscrit serait disponible pour consultation à la University of Idaho Library (

24 Keith Michael Baker, « Politique et opinion publique sous l’Ancien Régime », 1987 ; Inventing the French Revolution, 1990 ; Au tribunal de l’

25 Voir également, du même auteur, « Moderation and the Groupe de Coppet », 2011.

26 Donald F. Swanson et Andrew P. Trout, « Alexander Hamilton, “The Celebrated Mr. Neckar”, and Public Credit », 1990 ; Avriel Goldberger, « Sur les

27 Alexandra Hyard, « Dugald Stewart, les “économistes” et la Révolution française », 2006.

28 Jesús Astigarraga, « La traduction au service de la politique. Le succès de Necker dans les Lumières espagnoles », 2011.

29 Voir Margairaz (1986), Aftalion (1987), Voghel (1988), Servet (1989), Laroulandie (1989), Plessis (1989), White (1989), Thiveaud (1989, 1995, 1997

30 Voir Lucien Jaume, « L’opinion publique selon Necker : entre concept et idée-force », 2004, p. 210.

31 Voir aussi Paolo Garonna, L’Europa di Coppet, 1780-1820. Una lezione dalla storia per il futuro dell’Europa, 2008 ; Martina Priebe, Les modes de

32 Voir Michel Vovelle, « Necker habile homme ou faux sauveur ? », 1986 ; Vincent Lieber, Les portraits gravés de Jacques Necker conservés à la

33 Voir ci-dessus, note 27.

34 Voir Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « Louis XVI et Necker sur la scène de la Constituante », 2008.

35 On trouve également en ligne un curieux roman, disponible uniquement en format kindle : Beverly Enwall, Fate and Folly. A Banker, a King, and a

36 André Encrevé, « La réception des ouvrages de J. Necker sur la religion, d’après sa correspondance privée », 2004.

37 Alfred Necker, descendant de Louis Necker, frère de Jacques, présente ce dernier sous un jour inattendu dans son article « L’humour chez Necker » (

38 Voir également, de la même auteure, « La Révolution et ses personnages selon Madame de Staël », 1990.

39 Voir par exemple Margaret Cohen, « Melancholia, Mania, and the Reproduction of the Dead Father », 1999 ; Doris K. Kadish, « Patriarchy and

40 Jacques Domenech, « L’éloge de Rousseau prétexte à l’hagiographie de Necker chez Madame de Staël », 1989.

41 François Rosset, « Madame de Staël et les paradoxes de l’autobiographie », 2002.

42 Laura Broccardo, « Madame de Staël, Du caractère de M. Necker et de sa vie privée. Ou comment réécrire l’histoire avec des regrets... », 2015 ; « “

43 Voir également Marie-Claire, Fictions féminines. […] op. cit. et Stéphanie Tribouillard, Le Tombeau de Madame de Staël (2007), qui font toutes deux

44 Voir en particulier le chapitre V. L’œuvre de Suzanne Necker fait aussi l’objet de réflexions tout à fait nouvelles dans le même essai (voir en

45 Voir par exemple Danielle Johnson-Cousin, « Le théâtre de Necker : à propos d’inédits des archives de Coppet », Revue de la société d’histoire du

46 La correspondance de Necker avec Calonne a été publiée en 1787. Parmi les lettres rassemblées en 1821 par le comte Golovkin, on n’en trouve qu’une

47 Voir les tomes VIII (« Le grand voyage. 23 mai 1812-12 mai 1814 ») et IX (« Derniers combats. 12 mai 1814-14 juillet 1817 ») préparés par Stéphanie

48 Voir Geneviève Soumoy-Thibert, « Les idées de Madame Necker », 1989, p. 357.

49 Voir Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, Le Salon de Madame Necker, op. cit., et André Corbaz, Madame Necker. Humble Vaudoise et Grande dame

50 Voir Catriona Seth, « Comment et pourquoi traduire l’Elegy in a country Church-yard de Gray ? », 2003.

51 Voir ci-dessous, note 68.

52 Antoine de Baecque, « Beauté du cadavre : Madame Necker ou comment penser une représentation de soi comme cadavre », 1996 ; « Madame Necker, ou la

53 Sonja Boon, « Last Rites, Last Rights. Corporeal Abjection as Autobiographical Performance in Suzanne Curchod Necker’s Des Inhumations précipitées

54 Geneviève Soumoy-Thibert, « Les idées de Madame Necker », art. cit., p. 357.

55 Dena Goodman, The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, 1994 ; « “Le spectateur intérieur” : Les journaux de Suzanne

56 Aurelio Principato, « Une production du salon de Madame Necker, les “synonymes” de Madame de Staël-Holstein », 2006.

57 Voir ci-dessus, note 19. Olivier Blanc aborde aussi très brièvement le salon des Necker dans son article « Cercles politiques et “salons” du début

58 Sonja Boon offre à ce sujet des aperçus véritablement novateurs dans son ouvrage The Life of Madame Necker.

59 « L’épreuve du salon ou le monde comme performance dans les Mélanges et les Nouveaux mélanges », 2006, repris dans La Lettre et la mère, p. 89-117.

60 Voir Louis S. Greenbaum, « Jacques Necker and the Reform of Paris Hospitals Before the French Revolution », 1984-1985 ; Daniel Hickey, Local

61 Voir Janet Whatley, « Dissoluble Marriage, Paradise Lost : Suzanne Necker’s Réflexions sur le divorce », 2001 ; Madelyn Gutwirth, « Suzanne Necker’

62 Léonard Burnand, « L’image de Madame Necker dans les pamphlets », 2006. 

63 Catherine Dubeau, « Suzanne Curchod », 2008.

64 Valérie Cossy, « Necker [-Curchod], Suzanne », 2010.

65 Nadine Bérenguier, « Suzanne Necker », 2015. Voir aussi la notice de Frédéric Rossi, « La belle Curchod. Suzanne Necker (1737-1794) », 2016.

66 Ghislain de Diesbach remporte la palme du dénigrement dans Necker ou la faillite de la vertu. En plus de se moquer ouvertement de Madame Necker et

67 Les Lettres recueillies en Suisse (op. cit.)de Fédor Golovkin comprennent la correspondance de Madame Necker avec Madame de Brenles. Les grandes

68 En plus des archives privées du château de Coppet et du château de Broglie, les archives de Jacques et Suzanne Necker sont conservées notamment

69 Voir notre article « “…ces papiers qui contiennent en effet une partie de moi-même” […] », art. cit., p. 88.

70 Nous parlons ici de maisons d’édition telles que Hachette Livre BNF, ou encore des collections « Scholars Select » de Wentworth Press, et « Classic

I. Travaux sur Jacques et Suzanne Necker

BREDIN, Jean-Denis, Une singulière famille. Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Staël, Paris, Fayard, 1999.

BURNAND, Léonard, « Les Lumières rayonnent en terre vaudoise », Histoire vaudoise, Bibliothèque historique vaudoise/Infolio, Lausanne/Gollion, 2015, p. 298-317.

CORDIÉ, Carlo, « Jacques e Suzanne Necker », Cultura e Scuola, vol. 29, n° 113, 1990, p. 41-49.

DUBEAU, Catherine, « Jacques et Suzanne Necker », Léonard Burnand, Stéphanie Genand et Catriona Seth (dir.), Germaine de Staël et Benjamin Constant. L’esprit de liberté, Paris, Perrin, 2017, p. 43-47.

GENAND, Stéphanie, La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, Genève, Droz, 2017.

HAUSSONVILLE, Othenin d’, « Introduction », Cahiers staëliens, n° 36, 1985 (dossier « Jacques et Suzanne Necker réinterprétés »), p. 1-3.

LAPLACE, Yves, Staël ou la communauté des esprits, Paris, Théâtrales, 1992.

NICOSIA, Aldo, « Esperienze calviniste in Francia alla vigilia della rivoluzione : il caso di Jacques e Suzanne Necker », Corrado Malandrino et Luca Savarino (dir.), Calvino e il calvinismo politico, Torino, Claudiana, 2011, p. 259-270.

PRIEBE, Martina, Les Modes de sociabilité au château de Coppet à l’époque de Germaine de Staël (1766-1817), Genève, Droz, 2017. 

VALLOIS, Marie-Claire, Fictions féminines. Madame de Staël et les voix de la Sibylle, Saratoga, Anma Libri, 1987.

II. Travaux sur Jacques Necker

[sans auteur spécifié] « De l’économie à la politique : l’exemple de Necker », Cahiers pour l’analyse concrète, n° 30-31, 1993, p. 39-42.

[auteur : la rédaction] « Jacques Necker », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), url : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F15905.php, 2009.

AFTALION, Florin, L’Économie de la Révolution française, Paris, Les Belles Lettres, 2007 [Hachette, 1987].

ALBERTONE, Manuela, Moneta e politica in Francia. Della cassa di sconto agli assegnati (1776-1792), Bologna, Il Mulino, 1992.

ANTOINE, Michel, Le Cœur de l’État. Surintendance, contrôle général et intendances des finances 1552-1791, Paris, Fayard, 2003.

ASTIGARRAGA, Jesús, « La traduction au service de la politique. Le succès de Jacques Necker dans les Lumières espagnoles », Annales historiques de la Révolution française, n° 364, 2011, p. 3-27.

BAKER, Keith Michael, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, Paris, Payot, 1993.

———, Inventing the French Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

———, « Politique et opinion publique sous l’Ancien Régime », Annales ESC, vol. 42, n° 1, 1987, p. 41-71.

BALAYÉ, Simone, « Madame de Staël et la statue intérieure », Madame de Staël : écrire, lutter, vivre, Genève, Droz, 1994, p. 25-45 ; et Mary Donaldson-Evans, Lucienne Frappier-Mazur et Gerald Prince (dir.), Autobiography, Historiography, Rhetoric : a Festschrift in Honor of Frank Paul Bowman by his Colleagues, Friends and Former Students, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1994, p. 17-34.

———, « La Révolution et ses personnages selon Madame de Staël », Revue d’histoire littéraire de la France, 90e année, n° 4-5, 1990, p. 631-640.

BERGIER, Jean-François, « Jacques Necker (1732-1804) », Pierre Gisel (dir.), Encyclopédie du protestantisme, Paris/Genève, Cerf/Labor et Fides, 1995, p. 1068.

BONNET, Jean-Claude, « De Necker à Mirabeau », Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998, p. 255-272.

BOWMAN, Frank Paul, « Necker et l’apologétique », Cahiers staëliens, n° 36, 1985, p. 30-52.

BRANDLI, Fabrice, Le Nain et le géant. La République de Genève et la France au XVIIIe siècle. Cultures politiques et diplomatie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

———, « Bluff et diplomatie : Jacques Necker au service des affaires étrangères du royaume de France », Carnets de bord, n° 5, 2003, p. 37-47.

BREDIN, Jean-Denis, « Necker, la France et la gloire », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 11-29.

———, « Necker et l’opinion publique », Lucien Jaume (dir.), Coppet, creuset de l’esprit libéral. Les idées politiques et constitutionnelles du groupe de Madame de Staël. Colloque de Coppet, 15 et 16 mai 1998, Paris/Aix-en-Provence, Economica/Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2000, p. 25-40.

———, « Emmanuel Sieyès et Jacques Necker », Annales Benjamin Constant, n° 23-24, 2000, p. 63-88.

———, Une singulière famille. Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Staël, Paris, Fayard, 1999.

BRESSAN, Thierry, « Un épisode important et méconnu du procès du régime seigneurial en France : l’édit d’août 1779 contre les survivances serviles », Histoire, économie & société, vol. 15, n° 4, 1996, p. 571-599.

BROCCARDO, Laura, « “S’il fût né Anglois” : Necker ou comment refaire l’histoire », Léonard Burnand et Guillaume Poisson (dir.), Comment sortir de l’Empire ? Le groupe de Coppet face à la chute de Napoléon, Genève, Slatkine, 2016, p. 125-141.

———, « Madame de Staël, Du caractère de M. Necker et de sa vie privée. Ou comment réécrire l’histoire avec des regrets... », Florian Besson et Jan Synowiecki (dir.), Écrire l’histoire avec des « si », Paris, Éditions rue d’Ulm, 2015, p. 29-38.

BURNAND, Léonard, « Les “Neckeriades” : pamphlets et diffamation au XVIIIsiècle », Monique Cottret et Caroline Galland (dir.), Peurs, rumeurs et calomnies, Éditions Kimé, 2017, p. 101-118.

———, « Necker et le débat sur l’abolition de la noblesse », Philippe Bourdin (dir.), Les Noblesses françaises dans l’Europe de la Révolution. Actes du colloque international de Vizille (10-12 septembre 2008), Rennes/Clermont-Ferrand, Presses universitaires de Rennes/Presses universitaires Blaise-Pascal, 2010, p. 41-51.

———, Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au XVIIIsiècle, Paris, Classiques Garnier, 2009.

———, « À la redécouverte de Jacques Necker », Rapport annuel de la Société Académique Vaudoise, 2009, p. 52-65.

———, « Necker historien de la Révolution française », Annales Benjamin Constant, n° 84, 2007, p. 71-84.

———, « Necker et la politique d’information », Christian Poncelet et al. (dir.), Genève et la Suisse dans la pensée politique. Actes du colloque de Genève (14-15 septembre 2006), Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2007, p. 137-145.

———, « Théâtre et polémique : l’affaire du Banquier sans visage », François Vallotton (dir.), Livre et militantisme : La Cité Éditeur (1958-1967), Lausanne, Éditions d’en-bas, 2007, p. 68-106.

———, « Necker a-t-il manipulé les chiffres ? », L’Histoire, n° 303, 2005, p. 43.

———, Necker et l’opinion publique, Paris, Honoré Champion, 2004.

———, « Entre légende noire et réhabilitation : les historiens face à Necker », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 33-53. 

———, « Revisiter l’œuvre de Necker pour mieux penser la modernité », L’Agefi, 2004-11.

CAMMAGRE, Geneviève, « Diderot et l’opinion publique. À propos de la lettre à Necker de juin 1775 », Franck Salaün (dir.), Le Langage politique de Diderot, Paris, Hermann, 2014, p. 257-277.

CANDAUX, Jean-Daniel, « Necker, ministre de la République de Genève à la cour de France (1768-1776), Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 55-71.

———, « Jacques Necker dans la Révolution », Magazine Ville de Genève, Genève, n° 83, 1989, p. 6-7.

CHANDERNAGOR, Françoise, L’Enfant des Lumières, Paris, Éditions de Fallois, 1995.

COHEN, Margaret, « Melancholia, Mania, and the Reproduction of the Dead Father », Karyna Szmurlo (dir.), The Novel’s Seductions. Staël’s Corinne in Critical Inquiry, Lewisburg/London, Bucknell University Press/Associated University Presses, 1999, p. 95-113.

CRAIUTU, Aurelian, « Moderation and the “Intertwining of Powers” : Jacques Necker’s Constitutionalism », A Virtue for Courageous Minds. Moderation in French Political Thought, 1748-1830, New Jersey, Princeton University Press, 2012, p. 113-157.

———, « Moderation and the Groupe de Coppet », Karyna Szmurlo (dir.), Germaine de Staël. Forging a Politics of Mediation, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, p. 109-124.

DESBROUSSES, Hélène et Bernard PELOILLE, « De l’économie à la philosophie : le thème des classes sociales » [Turgot, Necker, Rousseau, Sieyès], Cahiers pour l’analyse concrète, n° 35, 1995, 78 pages.

DESSERTINE, Philippe, Le Fantôme de l’Élysée. Visite impromptue du baron Necker à François Hollande, Paris, Albin Michel, 2015.

DOMENECH, Jacques, « L’éloge de Rousseau prétexte à l’hagiographie de Necker chez Madame de Staël », Études Jean-Jacques Rousseau, n° 3, 1989, p. 69-83.

ENCREVÉ, André, « La réception des ouvrages de J. Necker sur la religion, d’après sa correspondance privée », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 73-130. 

ENWALL, Beverly, Fate and Folly. A Banker, a King, and a Revolution. A Historical Novel by Beverly Enwall, Asgaard Viking Edition, 2015. [disponible en ligne en format kindle]

EVERDELL, William R., Christian Apologetics in France 1730-1790. The Roots of Romantic Religion, New York, The Eldwin Mellen Press, 1987.

FACCARELLO, Gilbert, « Galiani, Necker and Turgot : a Debate on Economic Reform and Policy in 18th Century France », Gilbert Faccarello (dir.), Studies in the History of French Political Economy. From Bodin to Walras, London/New-York, Routledge, 1998, p. 120-185.

———, « “Nil Repente!” : Galiani and Necker on Economic Reforms », European Journal of the History of Economic Thought, n° 1, 1994, p. 519-550.

FAURÉ, Christine, « Entre Necker et Smith, Sieyès était-il libéral ? », Jean-Louis Fournel et al. (dir.), Libertés et libéralismes. Formation et circulation des concepts, Lyon, ENS éditions, 2012, p. 153-163.

FRANCALANZA, Éric, « Un inédit de Condorcet en réponse à l’éloge de Colbert par Necker (1773) », Dix-huitième siècle, n° 42, 2010, p. 699-712.

GARONNA, Paolo, L’Europa di Coppet, 1780-1820. Una lezione dalla storia per il futuro dell’Europa, Milano, F. Angeli, 2008.

GARY-BOUSSEL, Claire, Statut et fonction du personnage masculin chez Madame de Staël, Paris, Champion, 2002.

GAUCHET, Marcel, « Necker », François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 307-316.

GENGEMBRE, Gérard, « De l’insuffisance ou Necker à l’épreuve du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 131-141. 

GOLDBERGER, Avriel, « Sur les traces d’un buste inconnu de Necker chez Washington à Mount Vernon », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 143-151. 

GRANGE, Henri, « De Necker à Constant ou du libéralisme ploutocratique au libéralisme démocratique », Le Groupe de Coppet et la Révolution française. Actes du quatrième colloque de Coppet, 20-23 juillet 1988, Lausanne, Institut Benjamin Constant (Annales Benjamin Constant, 8-9), 1988, p. 63-71.

———, « De l’originalité des idées politiques de Necker », Cahiers staëliens, n° 36, 1985, p. 53-65.

GREENBAUM, Louis S., « Jacques Necker and the Reform of Paris Hospitals Before the French Revolution », Eighteenth-Century Life, vol. 9, 1984-1985, p. 1-15.

GRUDER, Vivian R., The Notables and the Nation. The Politicial Schooling of the French, 1787-1788, Cambridge/London, Harvard University Press, 2007.

HARDMAN, John, Overture to Revolution. The 1787 Assembly of Notables and the Crisis of France’s Old Regime, Oxford, Oxford University Press, 2010.

———, Louis XVI. The Silent King, London/New York, Arnold/Oxford University Press, 2000.

HARRIS, Robert D., Necker and the Revolution of 1789, Lanham, MD, University Press of America, 1986.

———, « Jacques Necker », Samuel F. Scott et Barry Rothaus (dir.), Historical Dictionary of the French Revolution, 1789-1799, Westport, Conn, Greenwood Press, 1985, t. 2, p. 719-721.

HAUSSONVILLE, Othenin d’, « Présentation », Cahiers staëliens, n° 55, 2004 (dossier « Jacques Necker »), p. 7-9.

———, « La liquidation du “dépôt” de Necker 1778-1815 », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 153-206.

HERLAND, Michel, « L’impôt ou la dette publique un retour aux sources », Revue française d’économie, vol. 7, n° 2, 1992, p. 124-149.

HICKEY, Daniel, Local Hospitals in Ancien Régime France. Rationalization, Resistance, Renewal, 1530-1789, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1997.

HOFMANN, Étienne, « Necker, Constant et la question constitutionnelle (1800-1802) », Cahiers staëliens, n° 36, 1985, p. 66-84.

HOFMANN, Étienne et François ROSSET, « Le père : Jacques Necker », Le Groupe de Coppet. Une constellation d’intellectuels européens, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2005, p. 28-36.

HYARD, Alexandra, « Dugald Stewart, les “économistes” et la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, vol. 345, n° 1, 2006, p. 115-141.

JAUME, Lucien (dir.), Coppet, creuset de l’esprit libéral. Les idées politiques et constitutionnelles du groupe de Madame de Staël, Colloque de Coppet, 15-16 mai 1998, Paris/Aix-en-Provence, Economica/Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2000.

JAUME, Lucien, « L’opinion publique selon Necker, entre concept et idée-force », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 207-232 ; et Javier Fernández Sebastián et Joëlle Chassin (dir.), L’Avènement de l’opinion publique. Europe et Amérique, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 33-50.

———, « Necker : examen critique de la Constitution de l’an III », Gérard Conac et Jean-Pierre Machelon (dir.), La Constitution de l’an III. Boissy d’Anglas et la naissance du libéralisme constitutionnel, Paris, P.U.F., 1999, p. 167-182.

KADISH, Doris K., « Patriarchy and Abolition : Staël and Fathers », Karyna Szmurlo (dir.), Germaine de Staël. Forging a Politics of Mediation, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, p. 63-78.

KAISER, Thomas E. et Dale K. VAN KLEY (dir.), From Deficit to Deluge. The Origins of the French Revolution, Stanford, Stanford University Press, 2011.

KWASS, Michael, Privilege and the Politics of Taxation in Eighteenth-Century France. Liberté, Égalité, Fiscalité, New York, Cambridge University Press, 2000.

LAPLACE, Yves, Staël ou la communauté des esprits, Paris, Théâtrales, 1992.

LAROULANDIE, Fabrice, « Crédit et endettement populaire à la veille de 1789 », Revue d’économie financière, vol. 10, n° 2, 1989, p. 220-229.

LEGAY, Marie-Laure, Histoire de l’argent à l’époque moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Armand Colin, 2014.

LIEBER, Vincent, Les Portraits gravés de Jacques Necker conservés à la Bibliothèque de Genève, Genève, BPU, 1989.

LILTI, Antoine, « Mondanité et politique : le salon Necker », Cahiers staëliens, n° 57, 2006, p. 185-200.

———, « Necker : le pouvoir est au bout du salon », Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 369-377.

LOSFELD, Christophe, « Necker », Philanthropisme, libéralisme et Révolution, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2002, p. 227-229.

MAGER, Wolfgang, « De la noblesse à la notabilité. La formation des notables sous l’Ancien Régime et la crise de la Monarchie absolue », Histoire, économie et société, vol. 12, n°4, 1993, p. 487-506.

MARGAIRAZ, Dominique, « La formation du réseau des foires et des marchés : stratégies, pratiques et idéologies », Annales ESC, vol. 41, n° 6, 1986, p. 1215-1242.

MINARD, Philippe, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.

———, « Un libéralisme en débat : notes sur l’inspection des manufactures et le système intermédiaire de Necker (1778-1779) », Histoire, économie et société, vol. 12, n° 1, 1993, p. 7-16.

MONNIER, François, « La réforme impossible : Turgot et Necker », La Revue administrative, 59e année, n° 353, septembre 2006, p. 456-463.

MORABITO, Marcel, « Necker et la question du “chef d’État” », Lucien Jaume (dir.), Coppet, creuset de l’esprit libéral. Les idées politiques et constitutionnelles du groupe de Madame de Staël. Colloque de Coppet, 15 et 16 mai 1998, Paris/Aix-en-Provence, Economica/Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2000, p. 41-54.

NECKER, Alfred, « L’humour chez Necker », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 233-239.

NICOSIA, Aldo, Jacques Necker. Dalla monarchia assoluta alla monarchia esecutiva, Firenze, Centro editoriale toscano, 2008-2010, 2 tomes. [Du pouvoir exécutif dans les grands États en appendice]

OHJI, Kenta, « Raynal, Necker et la Compagnie des Indes. Quelques aspects inconnus de la genèse et de l’évolution de l’Histoire des deux Indes », Gilles Bancarel (dir.), Raynal et ses réseaux, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 105-181.

OPPENHEIMER, Wolfgang, Necker, Finanzminister am Vorabend der Französischen Revolution, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1989.

OZOUF, Mona, « Le concept d’opinion publique au XVIIIe siècle », Réseaux. Communication-Technologie-Société, vol. 1, n° 1, 1997, p. 349-365. 

———, « “Public Opinion” at the End of the Old Regime », The Journal of Modern History, vol. 69, Supplement : Rethinking French Politics in 1788, 1988, p. S1-S21.

———, « Quelques remarques sur la notion d’opinion publique au XVIIIe siècle », Réseaux. Communication-Technologie-Société, vol. 5, n° 22, 1987, p. 79-103.

PAOLETTI, Giovanni, « Despotisme et Terreur : le groupe de Coppet et l’héritage de Montesquieu », Cahiers staëliens, n° 65, 2015, p. 11-38.

———, « Le ambiguità della prospettiva. Teoria politica e immaginazione letteraria in Necker et Constant », Maurizio Bossi, Anne Hofmann et François Rosset (dir.), Il Gruppo di Coppet e il viaggio. Liberalismo e conoscenza dell’Europa tra Sette e Ottocento, Firenze, Olschki, 2006, p. 153-169.

———, « Le ambiguità della prospettiva. Teoria politica e immaginazione letteraria in Necker et Constant », Luca Badini Confalonieri (dir.), Perspectives franco-italiennes. Prospettive italo-francesi. Séminaires du CEFI 2000-2002, Roma, Aracne, 2005, p. 181-198.

PERROT, Jean-Claude, Une Histoire intellectuelle de l’économie politique, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1992.

PLAGNOL-DIÉVAL, Marie-Emmanuelle, « Louis XVI et Necker sur la scène de la Constituante », Martial Poirson (dir.), Le Théâtre sous la Révolution. Politique du répertoire (1789-1799), Paris, Desjonquères, 2008, p. 394-409.

PLESSIS, Alain, « La Révolution et les banques en France : de la Caisse d’escompte à la Banque de France », Revue économique, vol. 40, n° 6, 1989, p. 1001-1014.

PROBST, Jean-Robert, « Jacques Necker. Le banquier du roi » et « Un hôpital pour les enfants », Les Suisses de Paris. Soixante balades insolites, Bière, Cabédita, 2012, p. 132-133.

ROCHAIX, Maurice, « Necker et l’économie de la santé » Revue de la Société française d’histoire des hôpitaux, n° 73, 1994, p. 39-42.

ROCHAIX, Maurice et Jean-Pierre PATOUT, « Jacques Necker, premier économiste de la santé », André Gueslin et Pierre Guillaume (dir.), De la charité médiévale à la sécurité sociale. Actes du colloque de Paris, 16-18 janvier 1991, Paris, Éd. Ouvrières, 1992, p. 131-137.

ROSSET, François, « Madame de Staël et les paradoxes de l’autobiographie », Écrire à Coppet : nous, moi, le monde, Genève, Slatkine, 2002, p. 147-164.

SERVET, Jean-Michel (dir.), Idées économiques sous la Révolution, 1789-1794, Presses universitaires de Lyon, 1989.

SOBOUL, Albert, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France, 1989. [publié sous la direction scientifique de Jean-René Suratteau et François Gendron]

SOLÉ, Jacques, La Révolution en questions, Paris, Seuil, 1988.

SOLL, Jacob, The Reckoning. Financial Accountability and the Rise and Fall of Nations, New York, Basic Books, 2014.

SONENSCHER, Michael, Before the Deluge. Public Debt, Inequality, and the Intellectual Origins of the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 2007.

SPITZ, Jean-Fabien, « Necker et la critique de l’idée de volonté générale », Raison présente, n° 172, 2009, p. 91-106.

STONE, Bailey, The Genesis of the French Revolution. A Global-Historical Interpretation, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

SWANSON, Donald F. et Andrew P. TROUT, « Alexander Hamilton, “The Celebrated Mr. Neckar”, and Public Credit », The William and Mary Quarterly, vol. 47, n° 3, 1990, p. 422-430. 

TAKEDA, Chinatsu, « Deux origines du courant libéral en France », Revue française d’histoire des idées politiques, n° 18, 2003, p. 233-257.

THIVEAUD, Jean-Marie, « Dette publique, politique monétaire, emprunt, impôt en perspective historique XVIe-XIXe siècles », Revue d’économie financière, vol. 46, n° 2, 1998, p. 17-42. 

———, « La Bourse de Paris et les compagnies financières entre marché primaire et marché à terme au XVIIIe siècle (1695-1794) », Revue d’économie financière, vol. 47, n° 3, 1998, p. 21-46. 

———, « Aux origines de la notion d’épargne en France : ou du Peuple-prévoyance à l’État-providence (1750-1850) », Revue d’économie financière, vol. 42, n° 4, 1997, p. 179-213. 

———, « Finance, politique et santé : bilan de quelques millénaires. Pratiques, législation et coûts jusqu’à la France de 1945 », Revue d’économie financière, vol. 34, n° 3, 1995, p. 15-46.

———, « Crédit et révolution », Revue d’économie financière, vol. 10, n° 2, 1989, p. 195-211. 

THIVEAUD, Jean-Marie et Alex DOPPIA, « Genèse du système financier au début de la Révolution », Revue d’économie financière, vol. 10, n° 2, 1989, p. 212-219.

TRIBOUILLARD, Stéphanie, Le Tombeau de Madame de Staël. Les discours de la postérité staëlienne en France (1817-1850), Genève, Slatkine, 2007.

TSCHARNER, Benedikt von, « Jacques Necker », Inter Gentes. Hommes d’État, diplomates, penseurs politiques, Pregny-Genève/Gollion, Éd. de Penthes/Infolio, 2012, p. 84-90.

TULARD, Jean, Jean-François FAYARD et Alfred FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, Paris, Robert Laffont, 1987.

VIGNE, Daniel (réalisateur), L’Enfant des Lumières, téléfilm en deux parties (France 2), 8-9 mars 2002.

VOGHEL, Franz de, Financiers d’autrefois. Jacques Cœur, Sully, Fouquet, Colbert, Law, Necker, Morny, M.-A. Rothschild et ses cinq fils, Paris, Duculot, 1988.

VOVELLE, Michel, « Necker habile homme ou faux sauveur ? », La Révolution française. Images et récits. 1789-1799, Paris, Messidor, 1986, t. 1, p. 76-87.

WELLERSHOFF, Klaus W., « A Note on Ordering Early Editions of Jacques Necker’s De l’administration des finances de la France (1784) », The Library, vol. 17, n° 2, 2016, 179-183.

WHITE, Eugene Nelson, « Was There a Solution to the Ancien Régime’s Financial Dilemma ? », The Journal of Economic History, vol. 49, n° 3, 1989, p. 545-568.

III. Travaux sur Suzanne Necker

BAECQUE, Antoine de, « Madame Necker, ou la poésie du cadavre », La Gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997, p. 217-251.

———, « Beauté du cadavre : Madame Necker ou comment penser une représentation de soi comme cadavre », Sociétés et représentations, n° 2, 1996, p. 11-28.

BENREKASSA, Georges, « Diderot et l’honnête femme. De Mme Necker à Éliza Draper », Anne-Marie Chouillet (dir.), Diderot (1713-1784). Colloque international, Paris, Sèvres, Reims, Langres, 4-11 juillet 1784, Paris, Aux amateurs de livres, 1985, p. 87-97.

BÉRENGUIER, Nadine, « Suzanne Necker », Huguette Krief et Valérie André (dir.), Dictionnaire des femmes des Lumières, Paris, Champion, 2015, t. 2, p. 874-876.

BLANC, Olivier, « Cercles politiques et “salons” du début de la Révolution (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, vol. 344, n° 1, 2006, p. 63-92.

BOON, Sonja, The Life of Madame Necker. Sin, Redemption and the Parisian Salon, London, Pickering & Chatto, 2011.

———, « Performing the Woman of Sensibility : Suzanne Curchod Necker and the Hospice de Charité », Journal for Eighteenth-Century, vol. 32, n° 2, 2009, p. 235-254.

———, « Last Rites, Last Rights. Corporeal Abjection as Autobiographical Performance in Suzanne Curchod Necker’s Des Inhumations précipitées (1790) », Eighteenth-Century Fiction, n° 21, n° 1, 2008, p. 89-107.

———, « Does a Dutiful Wife Write, or, Should Suzanne Get Divorced ? Reflections on Suzanne Curchod Necker, Divorce, and the Construction of the Biographical Subject », Lumen, vol. 27, 2008, p. 59-73.

BURNAND, Léonard, « L’image de Madame Necker dans les pamphlets », Cahiers staëliens, n° 57, 2006, p. 237-252.

CALVET, Jean, Les Salons : de Marguerite de Navarre, 1492-1549, à Suzanne Necker, 1740-1794 [sic], Cap-Saint-Ignace, Québec, La Plume d’oie, 2000. [préf. de Marie Chalendard ; présentation, notes et index de Maurice Lebel]

COSSY, Valérie, « Necker [-Curchod], Suzanne », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F15906.php, 2010.

COUVREUR, Jacques, « Histoire des hôpitaux Necker et des Enfants-Malades », Bulletin de la Société historique et archéologique du XVe arrondissement de Paris (Paris), n° 8, 1996, p. 41-46.

DUBEAU, Catherine, La Lettre et la mère. Roman familial et écriture de la passion chez Suzanne Necker et Germaine de Staël, Québec/Paris, PUL/Hermann, 2013.

———, « […] ces papiers qui contiennent en effet une partie de moi-même » : écriture, archives et fabrique de la mémoire chez Suzanne Necker », Cahiers staëliens, n° 63, 2013, p. 69-92.

———, « The Mother, the Daughter, and the Passions », traduction de Sylvie Romanowski, Tili Boon Cuillé et Karyna Szmurlo (dir.), Staël’s Philosophy of the Passions. Sensibility, Society, and the Sister Arts, Lewisburg, Bucknell University Press, 2012, p. 19-38.

———, « Mrs Spectator : journal, comptes moraux et tyrannie de l’introspection dans les Mélanges et les Nouveaux mélanges de Suzanne Necker », Virginie Dufresne et Geneviève Langlois (dir.), Influences et modèles étrangers sous l’Ancien Régime, Québec, PUL, 2009, p. 145-162.

———, « Suzanne Curchod », Dictionnaire des femmes de l’Ancienne France (SIEFAR), http://siefar.org/dictionnaire/fr/Suzanne_Curchod, 2008.

———, « Des livres et des hommes : Suzanne Necker lectrice », Cahiers staëliens, n° 58, 2007, p. 13-24.

———, « La mort de Madame de Vernon et les deux dénouements de Delphine : invention romanesque et réminiscences maternelles chez Madame de Staël », Nigel Harkness (dir.), Birth and Death in Nineteenth-Century French Culture, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 153-171.

———, « L’épreuve du salon ou le monde comme performance dans les Mélanges et les Nouveaux mélanges de Suzanne Necker », Cahiers staëliens, n° 57, 2006, p. 201-225.

DUBEAU, Catherine et Swann PARADIS, « La belle Hypatie et le Pline français : science, amitié et religion dans la correspondance de Suzanne Necker et Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon », Esther Ouellet et Solange Lemaître-Provost et. al. (dir.), Science et littérature suivi de Fortunes des œuvres d’Ancien Régime. Actes des 7e et 8e colloques jeunes chercheurs du CIERL (2007-2008), Paris, Hermann, 2013, p. 155-187.

GOODMAN, Dena, « Suzanne Necker’s Mélanges. Gender, Writing, and Publicity », dans : Elizabeth C. Goldsmith et Dena Goodman (dir.), Going Public. Women and Publishing in Early Modern France, Ithaca/New-York/London, Cornell University Press, 1995, p. 210-223.

———, « “Le spectateur intérieur” : Les journaux de Suzanne Necker », Littérales n° 17, 1995, p. 91-100.

———, The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca and London, Cornell University Press, 1994.

GUTWIRTH, Madelyn, « Suzanne Necker’s Legacy : Breastfeeding as Metonym in Germaine de Staël’s Delphine », Eighteenth-Century Life, vol. 28, n° 2, 2004, p. 17-40.

HANNIN, Valérie, « Une ambition de femme au siècle des Lumières : le cas de Madame Necker », Cahiers staëliens, n° 36, 1985, p. 5-29. [huit lettres de Suzanne Necker à Horace-Bénédict de Saussure en appendice]

NORMAN, Brian, « Gibbon at Lausanne », Lumen, vol. 13, 1994, p. 137-143.

PEROL, Lucette, « Diderot, Madame Necker et la réforme des hôpitaux », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 311, 1993, p. 219-232.

PRINCIPATO, Aurelio, « Une production du salon de Madame Necker, les “synonymes” de Madame de Staël-Holstein », Cahiers staëliens, n° 57, 2006, p. 227-236.

ROSSET, François, « Correspondances », L’Enclos des Lumières. Essai sur la culture littérature en Suisse romande au XVIIIe siècle, Chêne-Bourg, Georg, 2017, p. 189-209.

ROSSI, Frédéric, « La belle Curchod. Suzanne Necker (1737-1794) », Frédéric Rossi et Christophe Vuilleumier (dir.) Quel est le salaud qui m’a poussé ? Cent figures de l’histoire suisse, Gollion, Infolio, 2016, p. 84-85.

SETH, Catriona, « Madame Necker : une vie au service des autres », Cahiers staëliens, n° 57, 2006 (dossier « Autour de Madame Necker »), p. 173-183.

———, « Comment et pourquoi traduire l’Elegy in a country Church-yard de Gray ? », Annie Cointre et Annie Rivara (dir.), La Traduction des genres non romanesques au XVIIIe siècle. Colloque international 14-15 mars 2003, Centre d’étude de la traduction, Université de Metz, 2003, p. 66-87.

SOUMOY-THIBERT, Geneviève, « Les idées de Madame Necker », Dix-huitième siècle, n° 21, 1989, p. 357-368.

VECCHI, Paola, « Affabulazioni mediche ed escatologia. Le immagini della morte apparente da Jean-Jacques Bruhier a Suzanne Curchod Necker » [Des inhumations précipitées en appendice], Salute, morte e compensazione nel Settecento francese, Pisa, Libreria Goliardica,1990, p. 73-144.

———, « de la mort à la vie : la taphophobie et l’au-delà au XVIIIe siècle (Jean-Jacques Bruhier et Suzanne Curchod Necker) [Des inhumations précipitées en appendice] », Corrado Rosso (dir.), Transhumances culturelles. Mélanges, Pise, Libreria Goliardica, 1985, p. 119-156.

WHATLEY, Janet, « Dissoluble Marriage, Paradise Lost : Suzanne Necker’s Réflexions sur le divorce », Dalhousie French Studies, vol. 56, 2001, p. 144-153.

IV. Éditions et rééditions d’œuvres de Jacques et Suzanne Necker

ALBINA, Larissa L., « Une lettre inédite de Marie Angélique Diderot », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, vol. 16, n° 1, 1994, p. 13-16. [contient une lettre à Madame Necker]

BÉRENGUIER, Nadine (présentation), « Lettres de Suzanne Necker à Antoine Thomas », Élizabeth C. Goldsmith et Colette H. Wynn (dir.), Lettres de femmes. Textes inédits et oubliés du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 339-377.

BURNAND, Léonard (choix des extraits), « Jacques Necker ou le style ministériel », Cahiers staëliens, n° 55, 2004, p. 241-255.

GILLE, Mireille, « Un antécédent littéraire de Corinne : les Lettres sur l’Italie de Dupaty », Atti del Colloquio internazionale « Il Gruppo di Coppet e l’Italia (Pescia, 24-27 settembre 1986), Pise, Pacini Editore, 1988, p. 163-187. [deux lettres de Suzanne Curchod à Dupaty en appendice, p. 188-189]

GSTEIGER, Manfred (présentation), « Document : une lettre de Julie Bondeli à Suzanne Curchod », Études de lettres, vol. 204, n° 1, 1985, p. 91-97.

HANNIN, Valérie, « Une ambition de femme au siècle des Lumières : le cas de Madame Necker », Cahiers staëliens, n° 36, 1985, p. 5-29. [huit lettres de Suzanne Necker à Horace-Bénédict de Saussure en appendice]

HELLEGOUARC’H, Jacqueline (Établissement du texte et présentation), Anthologie. L’art de la conversation, Paris, Dunod, 1997. [contient des extraits de divers auteurs, dont Madame Necker]

NECKER, Jacques, Compte rendu au roi (1781), Genève, Slatkine Reprints, 2005. [éd. Léonard Burnand]

NECKER, Jacques, Réflexions philosophiques sur l’égalité, Paris, Les Belles lettres, 2005. [préf. de Jean-Fabien Spitz]

NECKER, Suzanne, « Sur un nouveau genre de spectateur », Catriona Seth (textes établis, présentés et annotés par), La Fabrique de l’intime. Mémoires et journaux de femmes du XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont, 2013, p. 252-259.

NICOSIA, Aldo, Jacques Necker. Dalla monarchia assoluta alla monarchia esecutiva, Firenze, Centro editoriale toscano, 2008-2010, 2 tomes. [Du pouvoir exécutif dans les grands États en appendice]

ROSSET, François et Dominique TRIAIRE (présentation), « Six lettres de Madame Necker à Ivan Ivanovitch Chouvalov », Dix-huitième siècle, vol. 29, n° 1, p. 287-302.

VECCHI, Paola, « Affabulazioni mediche ed escatologia. Le immagini della morte apparente da Jean-Jacques Bruhier a Suzanne Curchod Necker » [Des Inhumations précipitées en appendice], Salute, morte e compensazione nel Settecento francese, Pisa, Libreria Goliardica,1990, p. 73-144.

———, « de la mort à la vie : la taphophobie et l’au-delà au XVIIIe siècle (Jean-Jacques Bruhier et Suzanne Curchod Necker) [Des inhumations précipitées en appendice] », Corrado Rosso (dir.), Transhumances culturelles. Mélanges, Pise, Libreria Goliardica, 1985, p. 119-156.

1 Othenin d’Haussonville, « Introduction », 1985, p. 3. Dans le cadre de cet article, nous abrégeons la présentation des références se trouvant en bibliographie, et donnons les références complètes pour les autres (parues avant 1985).

2 Notre recension s’arrête au mois de juin 2017.

3 Henri Grange, Les Idées de Necker, Paris, Klincksieck, 1974.

4 Jean Egret, Necker, ministre de Louis XVI, 1776-1790, Paris, Champion, 1975.

5 Ghislain de Diesbach, Necker ou la faillite de la vertu, Paris, Perrin, 1978. Véritable succès de librairie, l’ouvrage de Diesbach a été réédité en 1987, 2004 et paraît à nouveau en format poche en 2017.

6 Robert D. Harris, Necker, Reform Statesman of the Ancien Régime, Berkeley, University of California Press, 1979.

7 Voir Gérard Gengembre, « De l’insuffisance ou Necker à l’épreuve du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle », 2004 ; Léonard Burnand, « Entre légende noire et réhabilitation : les historiens face à Necker », 2004.

8 Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, Le Salon de Madame Necker, d’après des documents tirés des archives de Coppet, Genève, Slatkine Reprints, 1970 [Calmann-Lévy, 1882], 2 tomes.

9 Béatrix d’Andlau, La Jeunesse de Madame de Staël (de 1766 à 1786). Avec des documents inédits, Genève, Droz, 1970.

10 Ce numéro des Cahiers staëliens comporte également un dossier « Madame de Staël et les études féminines ».

11 Voir Othenin d’Haussonville, « Introduction », 1985 ; Carlo Cordié, « Jacques e Suzanne Necker », 1990 ; Yves Laplace, Staël ou la communauté des esprits, 1992 ; Jean-Denis Bredin, Une singulière famille : Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Staël, 1999 ; Aldo Nicosia, « Esperienze calviniste in Francia alla vigilia della rivoluzione : il case di Jacques e Suzanne Necker », 2011 ; Léonard Burnand, « Les Lumières rayonnent en terre vaudoise », 2015 ; Catherine Dubeau, « Jacques et Suzanne Necker », 2017 ; Martina Priebe, Les Modes de sociabilité au château de Coppet à l’époque de Germaine de Staël (1766-1817), 2017. Nous avons également inclus dans cette section deux essais qui, bien que consacrés à l’œuvre staëlienne, offrent des aperçus nouveaux à propos de l’influence et des œuvres de Jacques et Suzanne Necker : Marie-Claire Vallois, Fictions féminines. Madame de Staël et les voix de la Sibylle, 1987 ; Stéphanie Genand, La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, 2017.

12 Notre bibliographie se divise comme suit : I. Travaux sur Jacques et Suzanne Necker ; II. Travaux sur Jacques Necker ; III. Travaux sur Suzanne Necker ; IV. Éditions ou rééditions d’œuvres de Jacques et Suzanne Necker. Nous avons consulté pour la préparation de cette revue les Cahiers staëliens, les banques de données Klapp, MLA, Érudit, JStor, de nombreux catalogues de bibliothèques universitaires, les bibliographies accompagnant articles et ouvrages, sans oublier les très utiles bibliographies en ligne de notre collègue de l’Université de Montréal Benoît Melançon (http://mapageweb.umontreal.ca/melancon/biblio.tdm.html), de même que celles consacrées au groupe de Coppet et parues dans les Cahiers staëliens : Simone Balayé et Anne Amend, « La bibliographie du groupe de Coppet 1976-1988 », Cahiers staëliens, n° 40, 1989, p. 128-130 ; Simone Balayé, avec la collaboration d’Othenin d’Haussonville et de Jean-Pierre Perchellet, « La bibliographie du groupe de Coppet 1989-1994 », Cahiers staëliens, n° 46, 1994-1995, p. 142-143 ; Jean-Pierre Perchellet, « Bibliographie du groupe de Coppet 1994-2000 », Cahiers staëliens, n° 53, 2000, p. 217-218.

13 Frank P. Bowman, « Necker et l’apologétique », 1985.

14 Henri Grange, « De l’originalité des idées politiques de Necker », 1985.

15 Étienne Hofmann, « Necker, Constant et la question constitutionnelle (1800-1802) », 1985.

16 Afin de ne pas alourdir la présente recension, nous renvoyons nos lecteurs à la bibliographie pour les contributions dans le domaine politique : voir Hofmann (1985), Harris (1985, 1986), Tulard, Fayard et Fierro (1987), Solé (1988), Gauchet (1988), Soboul (1989), Candaux (1989), Mager (1993), Stone (1994), Bressan (1996), Jaume (1999), Morabito (2000), Hardman (2000, 2010), Losfeld (2002), Goldberger (2004), Burnand (2004-2017), Paoletti (2005, 2006, 2015), Monnier (2006), Gruder (2007), Sonenscher (2007), Nicosia (2008, 2010), Spitz (2009), Ohji (2011), Kaiser et Van Kley (2011), Brandli (2012), Tscharner (2012), Wellershoff (2016).

17 Voir Fabrice Brandli, « Bluff et diplomatie : Jacques Necker au service des affaires étrangères du royaume de France », 2003 ; Jean-Daniel Candaux, « Necker, ministre de la République de Genève à la cour de France (1768-1776) », 2004.

18 Antoine Lilti, « Necker : le pouvoir est au bout du salon », 2005 ; « Mondanité et politique : le salon Necker », 2006. 

19 Jean-Claude Bonnet, « De Necker à Mirabeau », 1998.

20 Sur la question de l’opinion publique, voir Ozouf (1987, 1988, 1997), Bredin (2000, 2004), Burnand (2004), Jaume (2004), Spitz (2009) et Francalanza (2010).

21 Sur le thème du libéralisme, voir notamment Grange (1988), Takeda (2003) et Fauré (2012).

22 C’est le cas par exemple chez Michel Vovelle, Luc-Normand Tellier, ou encore dans l’Album du Bicentenaire (voir L. Burnand, « Entre légende noire et réhabilitation […], art. cit., p. 52). Léonard Burnand juge également que plusieurs travaux ont par la suite persisté dans cette veine.

23 Provisoirement intitulé Necker and the Revolutionary Decade, le manuscrit serait disponible pour consultation à la University of Idaho Library (Moscow, ID : Special Collections & Archives, University of Idaho Library, Collection : ma. 2007-031). Cette information apparaît chez Aurelian Craiutu (A Virtue for Courageous Minds. Moderation in French Political Thought, 1748-1830, 2012, p. 285, note 4).

24 Keith Michael Baker, « Politique et opinion publique sous l’Ancien Régime », 1987 ; Inventing the French Revolution, 1990 ; Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, 1993.

25 Voir également, du même auteur, « Moderation and the Groupe de Coppet », 2011.

26 Donald F. Swanson et Andrew P. Trout, « Alexander Hamilton, “The Celebrated Mr. Neckar”, and Public Credit », 1990 ; Avriel Goldberger, « Sur les traces d’un buste inconnu de Necker chez Washington à Mount Vernon », 2004.

27 Alexandra Hyard, « Dugald Stewart, les “économistes” et la Révolution française », 2006.

28 Jesús Astigarraga, « La traduction au service de la politique. Le succès de Necker dans les Lumières espagnoles », 2011.

29 Voir Margairaz (1986), Aftalion (1987), Voghel (1988), Servet (1989), Laroulandie (1989), Plessis (1989), White (1989), Thiveaud (1989, 1995, 1997, 1998), Thiveaud et Doppia (1989), Albertone (1992), Perrot (1992), Rochaix et Patout (1992), Herland (1992), Minard (1993, 1998), Rochaix (1994), Faccarello (1994, 1998), Desbrousses et Peloille (1995), Kwass (2000), Antoine (2003), Legay (2014), Soll (2014).

30 Voir Lucien Jaume, « L’opinion publique selon Necker : entre concept et idée-force », 2004, p. 210.

31 Voir aussi Paolo Garonna, L’Europa di Coppet, 1780-1820. Una lezione dalla storia per il futuro dell’Europa, 2008 ; Martina Priebe, Les modes de sociabilité au château de Coppet, op. cit.

32 Voir Michel Vovelle, « Necker habile homme ou faux sauveur ? », 1986 ; Vincent Lieber, Les portraits gravés de Jacques Necker conservés à la Bibliothèque de Genève, 1989.

33 Voir ci-dessus, note 27.

34 Voir Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « Louis XVI et Necker sur la scène de la Constituante », 2008.

35 On trouve également en ligne un curieux roman, disponible uniquement en format kindle : Beverly Enwall, Fate and Folly. A Banker, a King, and a Revolution. A Historical Novel by Beverly Enwall, Asgaard Viking Edition, 2015.

36 André Encrevé, « La réception des ouvrages de J. Necker sur la religion, d’après sa correspondance privée », 2004.

37 Alfred Necker, descendant de Louis Necker, frère de Jacques, présente ce dernier sous un jour inattendu dans son article « L’humour chez Necker » (2004).

38 Voir également, de la même auteure, « La Révolution et ses personnages selon Madame de Staël », 1990.

39 Voir par exemple Margaret Cohen, « Melancholia, Mania, and the Reproduction of the Dead Father », 1999 ; Doris K. Kadish, « Patriarchy and Abolition : Staël and Fathers », 2011.

40 Jacques Domenech, « L’éloge de Rousseau prétexte à l’hagiographie de Necker chez Madame de Staël », 1989.

41 François Rosset, « Madame de Staël et les paradoxes de l’autobiographie », 2002.

42 Laura Broccardo, « Madame de Staël, Du caractère de M. Necker et de sa vie privée. Ou comment réécrire l’histoire avec des regrets... », 2015 ; « “S’il fût né Anglois” : Necker ou comment refaire l’histoire », 2016.

43 Voir également Marie-Claire, Fictions féminines. […] op. cit. et Stéphanie Tribouillard, Le Tombeau de Madame de Staël (2007), qui font toutes deux une place importante à la figure paternelle. Bien qu’il n’en constitue pas le sujet principal, Necker est également convoqué dans notre monographie La Lettre et la mère. Roman familial et écriture de la passion chez Germaine de Staël (« Germaine Necker : père, passion et écriture, du Journal au double portrait de Necker (1785) », 2013, p. 150-156) de même que dans la monographie de Sonja Boon (The Life of Madame Necker. Sin, Redemption and the Parisian Salon, 2011), sur laquelle nous reviendrons dans la partie suivante.

44 Voir en particulier le chapitre V. L’œuvre de Suzanne Necker fait aussi l’objet de réflexions tout à fait nouvelles dans le même essai (voir en particulier les chapitres I et III).

45 Voir par exemple Danielle Johnson-Cousin, « Le théâtre de Necker : à propos d’inédits des archives de Coppet », Revue de la société d’histoire du théâtre, vol. 32, n° 3, 1980, p. 220-231.

46 La correspondance de Necker avec Calonne a été publiée en 1787. Parmi les lettres rassemblées en 1821 par le comte Golovkin, on n’en trouve qu’une seule de Jacques Necker, adressée à M. de Brenles (voir Fédor Golovkin, Lettres diverses recueillies en Suisse, Genève/Paris, Paschoud, 1821, p. 309-310). Voir également, outre les divers tomes de la Correspondance générale de Germaine de Staël édités par Béatrice W. Jasinski, l’anthologie préparée par les soins de Georges Solovieff : Germaine de Staël, Choix de lettres : 1778-1817. Mme de Staël, ses amis, ses correspondants, Paris, Klincksieck, 1970 ; Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, Madame de Staël et Monsieur Necker d’après leur correspondance inédite, Paris, Calmann-Lévy, 1925 ; Norman King, « L’opposition sous le Consulat : une lettre inédite de Sismondi à Necker », Cahiers staëliens, 1971, n° 12, p. 55-59 ; Georges Solovieff, « Deux lettres de Madame Necker à Lady Montagu et une lettre de Necker à Bonstetten », Cahiers staëliens, n° 25, 1978, p. 55-64 ; Geneviève Cammagre, « Diderot et l’opinion publique. À propos de la lettre à Necker de juin 1775 », 2014. Voir également ci-dessous, note 69.

47 Voir les tomes VIII (« Le grand voyage. 23 mai 1812-12 mai 1814 ») et IX (« Derniers combats. 12 mai 1814-14 juillet 1817 ») préparés par Stéphanie Genand et Jean-Daniel Candaux (Genève, Champion-Slatkine, 2017).

48 Voir Geneviève Soumoy-Thibert, « Les idées de Madame Necker », 1989, p. 357.

49 Voir Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, Le Salon de Madame Necker, op. cit., et André Corbaz, Madame Necker. Humble Vaudoise et Grande dame, Lausanne, Payot, 1945.

50 Voir Catriona Seth, « Comment et pourquoi traduire l’Elegy in a country Church-yard de Gray ? », 2003.

51 Voir ci-dessous, note 68.

52 Antoine de Baecque, « Beauté du cadavre : Madame Necker ou comment penser une représentation de soi comme cadavre », 1996 ; « Madame Necker, ou la poésie du cadavre », 1997.

53 Sonja Boon, « Last Rites, Last Rights. Corporeal Abjection as Autobiographical Performance in Suzanne Curchod Necker’s Des Inhumations précipitées (1790) », 2008 ; « Specular Death : Staging the Virtuous Body », The Life of Madame Necker […], op. cit., p. 115-129.

54 Geneviève Soumoy-Thibert, « Les idées de Madame Necker », art. cit., p. 357.

55 Dena Goodman, The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, 1994 ; « “Le spectateur intérieur” : Les journaux de Suzanne Necker », 1995 ; « Suzanne Necker’s Mélanges. Gender, Writing, and Publicity », 1995.

56 Aurelio Principato, « Une production du salon de Madame Necker, les “synonymes” de Madame de Staël-Holstein », 2006.

57 Voir ci-dessus, note 19. Olivier Blanc aborde aussi très brièvement le salon des Necker dans son article « Cercles politiques et “salons” du début de la Révolution (1789-1795) », 2006.

58 Sonja Boon offre à ce sujet des aperçus véritablement novateurs dans son ouvrage The Life of Madame Necker.

59 « L’épreuve du salon ou le monde comme performance dans les Mélanges et les Nouveaux mélanges », 2006, repris dans La Lettre et la mère, p. 89-117. Voir aussi, dans une perspective plus classique, Jean Calvet, Les Salons : de Marguerite de Navarre, 1492-1549, à Suzanne Necker, 1740-1794 [sic], 2000.

60 Voir Louis S. Greenbaum, « Jacques Necker and the Reform of Paris Hospitals Before the French Revolution », 1984-1985 ; Daniel Hickey, Local Hospitals in Ancien Régime France. Rationalization, Resistance, Renewal, 1530-1789, 1987 ; Lucette Perol, « Diderot, Madame Necker et la réforme des hôpitaux », 1993 ; Jacques Couvreur, « Histoire des hôpitaux Necker et des Enfants-Malades », 1996 ; Sonja Boon, « Performing the Woman of Sensibility : Suzanne Curchod Necker and the Hospice de Charité », 2009. Sur une note plus anecdotique, voir Jean-Robert Probst, « Un hôpital pour les enfants », 2012.

61 Voir Janet Whatley, « Dissoluble Marriage, Paradise Lost : Suzanne Necker’s Réflexions sur le divorce », 2001 ; Madelyn Gutwirth, « Suzanne Necker’s Legacy : Breastfeeding as Metonym in Germaine de Staël’s Delphine », 2004 ; Sonja Boon, « Does a Dutiful Wife Write ; or, Should Suzanne get Divorced ? Reflections on Suzanne Curchod Necker, Divorce, and the Construction of the Biographical Subject », 2008 ; The Life of Madame Necker […]. Sur la résurgence du lien mère-fille dans l’œuvre staëlienne, voir également Marie-Claire Vallois, Fictions féminines […]. En plus de notre monographie précédemment citée, voir nos articles : « La mort de Madame de Vernon et les deux dénouements de Delphine : invention romanesque et réminiscences maternelles chez Madame de Staël », 2007 ; « Mrs Spectator : journal, comptes moraux et tyrannie de l’introspection dans les Mélanges et les Nouveaux mélanges de Suzanne Necker », 2009 ; « The Mother, the Daughter, and the Passions », 2012 ; « “…ces papiers qui contiennent en effet une partie de moi-même” : écriture, archives et fabrique de la mémoire chez Suzanne Necker », 2013.

62 Léonard Burnand, « L’image de Madame Necker dans les pamphlets », 2006. 

63 Catherine Dubeau, « Suzanne Curchod », 2008.

64 Valérie Cossy, « Necker [-Curchod], Suzanne », 2010.

65 Nadine Bérenguier, « Suzanne Necker », 2015. Voir aussi la notice de Frédéric Rossi, « La belle Curchod. Suzanne Necker (1737-1794) », 2016.

66 Ghislain de Diesbach remporte la palme du dénigrement dans Necker ou la faillite de la vertu. En plus de se moquer ouvertement de Madame Necker et de ses œuvres, en particulier les Mélanges (« énorme fatras », p. 80), il considère, comme d’autres, que la mémoire de Necker a grandement souffert de l’emphase avec laquelle sa fille et son épouse l’ont loué tout au long de leur vie : (ibid., p. 9) : « Necker a heureusement survécu au ridicule que sa femme et sa fille, dans leur zèle idolâtre, ont jeté sur lui, ridicule plus fatal à sa mémoire que l’échec de sa politique de réforme ou le discrédit de ses emprunts. »

67 Les Lettres recueillies en Suisse (op. cit.) de Fédor Golovkin comprennent la correspondance de Madame Necker avec Madame de Brenles. Les grandes études du comte d’Haussonville (Le Salon de Madame Necker), de Pierre Kohler (Madame de Staël et la Suisse, Lausanne, Payot, 1916), d’André Corbaz (Madame Necker. Humble Vaudoise et Grande dame) et de Béatrix d’Andlau (La Jeunesse de Madame de Staël ) contiennent aussi plusieurs lettres, sans oublier la correspondance staëlienne publiée par Béatrice W. Jasinski et Georges Solovieff (voir note 47). Voir également Othenin d’Haussonville, « Un projet de lettre de Madame Necker à Louis XVI », Cahiers staëliens, n° 20, 1976, p. 3-8 ; Georges Solovieff, « Deux lettres de Madame Necker à Lady Montagu et une lettre de Necker à Bonstetten », art cit. (voir note 47). Pour la période 1985-2017, voir Manfred Gsteiger, « Document : une lettre de Julie Bondeli à Suzanne Curchod », 1985 ; Valérie Hannin, « Une ambition de femme au siècle des Lumières : le cas de Madame Necker » [huit lettres de Suzanne Necker à Horace-Bénédict de Saussure en appendice], 1985 ; Mireille Gille, « Un antécédent littéraire de Corinne : les Lettres sur l’Italie de Dupaty » [deux lettres de Suzanne Curchod à Dupaty en appendice], 1988 ; Larissa L. Albina, « Une lettre inédite de Marie Angélique Diderot » [une lettre à Madame Necker], 1994 ; François Rosset et Dominique Triaire, « Six lettres de Madame Necker à Ivan Ivanovitch Chouvalov », 1997 ; Nadine Bérenguier, « Lettres de Suzanne Necker à Antoine Thomas », 2005 ; Catherine Dubeau et Swann Paradis, « La belle Hypatie et le Pline français : science, amitié et religion dans la correspondance de Suzanne Necker et Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon », 2013 ; François Rosset, « Correspondances », 2017.

68 En plus des archives privées du château de Coppet et du château de Broglie, les archives de Jacques et Suzanne Necker sont conservées notamment dans les fonds de la Bibliothèque de Genève, de l’Institut et Musée Voltaire (Genève), de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, des Archives cantonales vaudoises, de la Burgerbibliothek de Berne et de la Houghton Library de l’Université Harvard.

69 Voir notre article « “…ces papiers qui contiennent en effet une partie de moi-même” […] », art. cit., p. 88.

70 Nous parlons ici de maisons d’édition telles que Hachette Livre BNF, ou encore des collections « Scholars Select » de Wentworth Press, et « Classic Reprints Series » de l’éditeur londonien Forgotten Books, que l’on peut trouver sur leur propre site, ou par le biais des différents sites d’Amazon. On remarque chez Forgotten Books de très nombreuses réimpressions d’ouvrages de Jacques Necker en cette année du bicentenaire staëlien. Certes, ces éditions ne sont accompagnées d’aucun appareil critique, mais elles ont l’avantage de faciliter l’accès aux textes.